Elle consiste en général à rester sous l'eau, soit à l'aide d'un narguilé, soit le plus souvent maintenant en s'équipant d'un scaphandre autonome spécifique composé généralement d'une combinaison, d'un masque, d'un tuba, de palmes, d'un lestage porté sur une ceinture, d'un gilet stabilisateur équipé d'un direct system, et, dans le but de pouvoir respirer sous l'eau, d'une bouteille de plongée contenant de l'air généralement comprimé autour de 200 bars, celui-ci étant apporté au plongeur via un détendeur. Des instruments de mesure sont utilisés pour contrôler la plongée : manomètre et ordinateur de plongée. À défaut d'ordinateur le plongeur devra porter profondimètre, montre et tables de décompression. Les profondimètres électroniques incluent déjà un chronomètre, et peuvent donc être utilisés sans la montre.
 

La plongée de loisir a pour but principal d'organiser des plongées d'explorations sous-marines. La plongée est planifiée à l'avance, ce peut être aussi tout simplement une promenade sous-marine suivant un itinéraire précis.


 

 Le Matériel de PLongéE


 

La bouteille de plongée

 


La bouteille de plongée est le réservoir qui renferme le gaz comprimé (généralement de l'air) nécessaire à la respiration du plongeur. Les bouteilles peuvent également contenir d'autres mélanges respiratoires (Héliox  : mélange gazeux d'hélium et d'oxygène). Ce mélange gazeux est utilisé pour augmenter les profondeurs atteignables. Les bouteilles d'utilisation courante sont en acier (alliage à base de fer et de carbone). Appelées aussi « bloc », elles contiennent entre 6 et 18 litres d'air comprimé.


La conception, la fabrication et le contrôle en usine est réalisé sous le contrôle d'organisme notifié auprès de la commission européenne pour la directive appareil à pression. Ces organismes sont par exemple le Bureau Veritas, le Lloyd's ou les TUV. Ce contrôle comprend notamment le respect de normes de fabrication, une épreuve hydraulique avant la mise en service et une réépreuve régulière. En France, conformément à l'arrêté du 15 mars 2000, elle doit avoir lieu tous les 2 ans pour les particuliers et tous les 5 ans pour les clubs si elles subissent une vérification visuelle annuelle d'un Technicien d'inspection visuel (TIV).


L'AiR

Les bouteilles des plongeurs peuvent contenir de du nitrox, du trimix, de l'hydrox, d'héliox de l'air ou du dioxygene pur, suivant le type de plongée et le niveau du plongeur. L'air est le mélange gazeux le plus utilisé de nos jours car il est beaucoup plus facile à comprimer dans les blocs. L'air étant beaucoup plus courant est également bien moins cher. Le nitrox gagne du terrain, car il permet d'étendre les durées de plongée sans palier. La profondeur maximale atteignable sans danger est cependant réduite par l'enrichissement en dioxygène, ce qui rend le nitrox moins souple que l'air.

 


Pour les taux d'enrichissement faibles (moins de 40 % de dioxygène), le nitrox s'utilise avec du matériel classique, sans risque selon une étude de la NASA. Pour des taux plus élevés, un équipement spécifique est nécessaire (bouteille et détendeur) en raison des effets corrosifs du mélange enrichi en dioxygène. Pour les taux élevés d'enrichissement, on observe en outre un risque d'explosion si des graisses de joints inappropriées sont employées. Notons enfin que seul un ordinateur de plongée adapté peut réaliser les calculs nécessaires à l'établissement du niveau de saturation du plongeur lors de l'utilisation d'un mélange gazeux autre que l'air, bien qu'un ordinateur air puisse être employé, au prix d'une pénalisation supplémentaire.



Le Détendeur


 
 
Il permet de transformer l'air sous pression de la bouteille en air à la pression ambiante, prête à être respirée par le plongeur. Il est composé d'un premier étage fixé à la bouteille et d'un deuxième étage mis en bouche pour respirer, d'un manomètre qui est fixé au premier étage du détendeur, il fournit la pression de la bouteille. L'octopus de couleur jaune est fixé au premier étage du détendeur, c'est un deuxième étage de secours obligatoire pour les encadrants.




Le Langage
(là, c'est des conneries mais il existe un vrai langage)






Catlin Seaview Survey




 
Et...
 
 
    * Les palmes permettent de se déplacer dans l'eau, de se maintenir en surface et de s'équilibrer dans l'eau.

    *
Le tuba permet de respirer en conservant la tête sous la surface.
    *
Le masque permet de voir sous l'eau.

    *
Une combinaison permet de se prémunir du froid. Il en existe différents types de différentes épaisseures en fonction des besoins  et surtout de la température de l'eau. La combinaison peut être compléte par des chaussons, des gants et une cagoule.

    *
Le plomb ou le lestage permet d'augmenter son poids dans l'eau. Equipé d'une combinaison, d'un gilet stabilisateur et d'une bouteille en aluminium, il sera difficile de s'enfoncer dans l'eau !

    *
Le système gonflable de stabilisation ou stab permet en le gonflant ou en le dégonflant de se stabiliser, de remonter ou de descendre dans l'eau ou de se maintenir en surface.

    *
La montre ordinateur permet de mesurer les différents paramètres de la plongée comme la profondeur, la durée et les temps de palier à respecter pour une plongée en toute sécurité.

    *
La boussole permet de s'orienter sous l'eau, cela peut aider lorsque la visibilité est reduite.

    *
Le parachute est un équipement obligatoire permettant de signaler sa présence sous l'eau.

    *
La lampe ou le phare.


 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement