HiSTOIRE de lA PeinTURE





"La sieste " (Vincent V. Gogh) - 1890


 

 
Préhistoire

Peinture rupestre
  (9 000 à 3 000 av. J.-C)
Selon le préhistorien Emmanuel Anati, il existerait 45 millions de peintures rupestres sur des rochers et dans des grottes, sur 170 000 sites de 160 pays.
 
Antiquité
Peinture de la Grèce antique  (1 050 - 900 av. J.-C.)
Sur les vases grecs, elle nous est parvenue en grand nombre : même si cela ne représente probablement qu'une part infime de la production de l'époque. Plus de 50 000 vases en provenance de la seule Athènes subsistent aujourd'hui. De leur côté, les autres objets d'art ont souvent été détruits soit par le temps (bois, tissu, pigments de peinture), soit par la main de l'homme, dans une optique de récupération (pierre, bronze, métaux précieux). S'il est facile de briser un vase, il est en revanche beaucoup plus difficile de le détruire totalement : même les fragments peuvent encore parler.
 
Art étrusque (IXe au Ier siècle av. J.C)
L'art produit par cette civilisation est d'une grande richesse. Les Étrusques furent d'habiles artisans et eurent de grands artistes, peintres de fresques dans les tombes - comme celles de Tarquinia par exemple - peintres sur vases ou sculpteurs qui réalisèrent des chefs-d'œuvre tant en bronze qu'en terre cuite. Ils furent également d'excellents joailliers et de bons métallurgistes. On peut voir leurs œuvres dans les grands musées italiens, par exemple ceux de Florence, du Vatican ou de Volterra.
 
 
Peinture de la Rome antique (l'an 79 de l'ère chrétienne)

La peinture romaine présente une grande variété de sujets : animaux, natures mortes, scènes de vie courante. Elle évoque les plaisirs de la campagne à l'intention des citadins fortunés et représente des bergers, troupeaux, temples rustiques, maisons de campagne et des paysages ruraux et montagneux.

L'innovation principale de la peinture romaine par rapport à l'art grec serait la figuration de paysages, avec l'apport d'une technique perspective.


 
Peinture byzantine (à la fin du IXe siècle)

 

L'icône orthodoxe est typique de la peinture byzantine d'Orient et elle contient les schémas rigides suivants :

- Fond doré, sans profondeur ni inscription dans une réalité spatiale sans effet perspectif.
- Graphie des figures sacrées et stylisation des visages, sans émotions
- Couleurs empreintes de symbolisme :
or = transcendance
blanc = souvent associé à l'or (vêtements du Christ)
bleu (de cobalt) pourpre foncé = la royauté
l'ocre, le violet, le vert foncé, le rose, ...
- Ambiance lumineuse venant de la présence des saints
- Support souvent à fresque puis sur bois.




Haut Moyen Age
 
Art roman (début du XIe siècle jusqu'à la seconde moitié du XIIe siècle)

L'art roman regroupe aussi bien l'architecture romane que la sculpture, la peinture ou la statuaire romane de la même époque. L'expression recouvre une diversité d'écoles régionales aux caractéristiques stylistiques différenciées, mais qui allient maîtrise technique et audace.

Se développant lors d'une période d'expansion économique, il n'a pas été le produit d'une seule nationalité ou d'une seule région, mais est apparu progressivement et presque simultanément en Italie, en France, en Allemagne, en Espagne et au Portugal. Dans chacun de ces pays, il a des caractéristiques propres (par exemple : l'utilisation de pierres différentes dans chaque région), bien qu'avec une unité suffisante pour être considéré comme le premier style international, avec un cadre européen. Son domaine d'expression est essentiellement religieux avec notamment l'adoption du plan basilical pour les églises et la généralisation de l'emploi de la voûte en berceau.

 

Le Gothique (1200-1430)

Le mouvement gothique commence à s’étendre en Europe durant la première moitié du XIIeme siècle. Les dimensions colossales de l’architecture religieuse s’épanouissent sur tout le monde chrétien dans un style commun appelé gothique international. La sculpture et la peinture, systématiquement porteuses d’un message eschatologique (1), évoquent en permanence la présence de la mort imminente (au moyen âge l’espérance de vie était d’une trentaine d’années environ). L’image a avant tout pour vocation d’éduquer le fidèle, qui ne sait alors ni lire ni écrire, en lui transmettant un ensemble de règles civiques et morales qui maintiennent l’équilibre social dans une société où le pouvoir est souvent du côté du plus fort.

 

(1) discours sur la fin des temps.

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement