.
Le Mythe du Déluge




 
 
Du coté Scientifique

Un cataclysme submergea la Mer Noire et ses bords. Or, 7 500 ans, ce n'est pas si loin des temps dits historiques (apparition de l'écriture, env. 3 500 av J.C), suffisamment proche en tous cas pour que l'on s'en souvienne et qu'on en fasse un mythe.
 

Alors que l'ère glacière touchait à sa fin il y a de cela 12 000 ans, la Mer Noire n'était alors qu'un lac d'eau douce, moins grand d'ailleurs que la Mer Noire actuelle. Tandis que les glaciers fondaient durant les millénaires suivants, le niveau global des mers montaient progressivement mais sûrement ; on pensait jusqu'à maintenant que le niveau de la Mer Noire était monté de la même manière. Il semblerait qu'en fait ce soit un barrage naturel à l'endroit actuel du Bosphore qui ait retenu les eaux montantes de la Mer de Marmara jusqu'au jour où le barrage céda, laissant se déverser dans la Mer Noire, alors 150 mètres en contrebas, de un à deux mille mètres cubes d'eau de mer par jour !! La mer aurait donc progressé dans les terres de 1 à 2 kilomètres par jour, et ce, pendant des mois, forçant ainsi les habitants à fuir.
 


 

Par les Babyloniens (1 700 av. JC)

Sauvé du Déluge et devenu immortel, Utanapishti décrit en détail à Gilgamesh comment il bâtit un bateau en forme de cube parfait où il rassembla les siens et les animaux. Quand les pluies eurent cessé et la décrue commencé, il envoya successivement, en reconnaissance au-dessus des flots, une colombe, une hirondelle puis un corbeau qui, lui, ne revint pas. Ayant échoué sur une montagne, il fit un sacrifice aux dieux affamés qui, "humant la bonne odeur, s'attroupèrent comme des mouches".
 


Gilgamesh rencontre Utnapishtim
 
Par les Sumers

Un des plus anciens, le Poème d'Atrahasis.

Créés afin d'épargner aux dieux tout travail et de les servir, les hommes se multiplièrent au point que leur tapage incommoda le dieu-souverain Enlil.  Enlil décida donc de déchaîner un déluge.  Atrahasis entenda ce fléau et construisit alors un bateau hermétiquement clos, Sauve-vie, et y embarqua les siens et tous les animaux envoyés par le dieu bienveillant. Le cataclysme dura sept jours et sept nuits. Les dieux réalisèrent alors qu'en détruisant l'humanité ils s'étaient privés de toute subsistance. A la fin du déluge, le bateau ayant échoué sur une montagne, Atrahasis libéra les animaux et offrit un grand sacrifice aux dieux affamés. Bien que rassasié lui aussi, Enlil entra en fureur car on avait, une fois encore, désobéi à sa volonté. Pour le calmer, Enki et la déesse-mère Nintu proposèrent de limiter la prolifération des hommes en introduisant la mort naturelle, la stérilité féminine, la mortalité infantile, et en interdisant aux prêtresses de procréer.

 


Le mythe d'Atra-Hasis - Le Noé sumérien



La suite par là...
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement