LA FANTASY


De l’anglais fantasy "imagination" est un genre littéraire défini en premier lieu par l'élaboration d'un univers distinct du "monde réel", avec ses propres lois et caractéristiques.

Elle comprend généralement un aspect mythique, symbolisé par l'intrusion ou l'usage de la magie
.


Nouveautés  sur l'univers de la fantasy, par là...
 

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES
 
 
+   Mondes parallèles dans un lointain passé oublié (s'inspirant du Moyen Âge ou de l'Antiquité, voire de la Préhistoire).

 
+ Créatures imaginaires avec leurs mythes, leurs épopées et leur magie. Exaltation, ou au contraire une parodie, de l'héroïsme, de la nature préservée et une omniprésence du sacré.

 
+ Univers mythiques où cohabitent généralement héros, super-héros, guerriers, magie et sorcellerie, cultures anciennes et éléments surnaturels.


 

ORIGINES
 
L'Odyssée d'Homère n'est pas de la fantasy au sens où on l'entend aujourd'hui, pas plus que les romans arthuriens de Chrétien de Troyes ou les contes de Charles Perrault .

La fantasy est cependant l'héritière de cette tradition riche de contes et légendes, des épopées antiques et des récits de chevalerie baignée dans le merveilleux médiéval, tout comme des romans de cape et d'épée. La fantasy se veut résolument moderne - quand bien même certains auteurs adoptent un style d'écriture archaïsant - certes comme genre littéraire mais peut-être aussi comme démarche intellectuelle.

Durant la Révolution Industrielle, face au positivisme, puis au développement technologique fulgurant, parfois inquiétant, qu'ont connu la fin du XIXème et le XXème siècle, certains écrivains y ont entrevu des futurs possibles, à plus ou moins long terme : ainsi est née la
science-fiction.


PRINCIPAUX COURANTS

 

Heroic fantasy ou Sword and sorcery


L'intrigue se focalise autour d'un héros. Elle a pour cadre un monde secondaire, totalement séparé du nôtre au mieux, il lui est parallèle comme dans le multivers de Michael Moorcock. Après guerre le genre connaîtra certaines évolutions comme avec Michael Moorcock  dont Elric, anti-héros, est l'image complètement renversée du héros d'heroic fantasy tel qu'il était jusqu'alors : faible physiquement, albinos, nécromant... L'humour devient plus présent, et les héros qui jusque-là ne comptaient que sur leur propre vaillance, apprennent à s'entraider et à faire des compromis.



High fantasy


L'histoire est traitée avec un certain manichéisme dans sa représentation de la lutte du Bien contre le Mal, ce dernier finissant toujours par être vaincu, aussi puissant qu'il puisse paraître au début (et ce après pas mal de tomes reprocheront certains...). Une prophétie peut servir assez souvent de mécanisme narratif. Le canevas classique est la quête initiatique du jeune garçon promis à un grand destin - ou dont l'ascendance prestigieuse sera révélée -, que se voit entouré par un groupe d'aventuriers qualifiés (le vieux sorcier bien sympathique, le rusé de la troupe, etc). Ici plus qu'ailleurs peut-être on affectionne les longs cycles ce qui permet les mondes secondaires amoureusement dépeints par leurs auteurs - avec force cartes et arbres généalogiques au besoin - où l'on croise des civilisations non-humaines (elfes, naines, etc.), le développement psychologique, le recours à un grand nombre de personnages et d'intrigues secondaires. L'histoire se place le plus souvent au niveau des dynasties régnantes - dont le jeune héros fait le plus souvent parti en fin de compte, ou, en tous cas, évoluant au sein de cet univers ; les mariages dynastiques sont l'occasion de sceller des amitiés et/ou régler certains problèmes. L'atmosphère est plus féerique que ce n'est le cas pour l'heroic fantasy qui se concentre, quant à elle, sur les scènes de combat (mais place est laissée aux scènes de bataille bien sûr en high fantasy). Le high fantasy est l'un des genres les plus populaires aujourd'hui de la fantasy, Conan  et ses compagnons ayant été tirés de l'oubli lors du succès du Seigneur des Anneaux.


 

Fantasy mythique


Plus merveilleuse, plus proche du conte de fée et de la légende que les précédentes. Ce qui compte le plus, c'est sans doute moins l'intrigue ou les personnages que l'atmosphère, le monde de merveilleux, de légendaire qui y règne et berce le lecteur. On pourrait qualifier cette fantasy de contemplative. Ici se rencontrent souvent des variations modernes sur des contes, des légendes anciennes dont les auteurs ne gardent parfois que le ton, forgeant alors de nouveaux contes : Legend de Ridley Scott.



Fantasy burlesque ou light fantasy


Ayant recours à des procédés comme la parodie, par son ton léger et bien souvent humoristique, la fantasy burlesque n'hésite pas à secouer les canons de la fantasy, s'en prenant particulièrement à l'heroic fantasy. De la fantasy distrayante par excellence : Les Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett.



Dark Fantasy


Il s'agit là d'une fantasy pessimiste, voire désabusée. Les rôles sont inversés par rapport à la high ou l'heroic fantasy ; c'est le Mal qui prend le dessus sur le Bien. La dark fantasy est une fantasy qui inclut des éléments d'horreur mais ça n'en devient pas pour autant de l'horreur. L'un des plus anciens auteurs de ce genre est Clark Ashton Smith qui faisait partie du cercle de Lovecraft, et a donc subit son influence pour les univers baroques et cauchemardesques : La Tour Sombre de Stephen King. P'tit dédicace à Joh !!! qui adore cette série, surtout le tome 9 mouahahhahahha !



Fantasy urbaine


A pour cadre notre univers moderne où les êtres féeriques n'existent pas seulement dans les histoires que l'on lit aux enfants. Mais là où le fantastique crée la peur, la fantasy urbaine nous plonge doucement dans le merveilleux... L'auteur dévoile ainsi souvent un autre monde où se sont réfugiés les créatures féeriques et parfois les exclus de nos sociétés modernes. On devrait plutôt l'appeler fantasy contemporaine - mais "fantasy urbaine" est semble-t-il l'expression consacrée - car bien que le ville soit le cadre privilégié de l'action, elle n'en est pas toujours l'unique. La fantasy urbaine subit progressivement l'influence du réalisme magique, qui lui apporte problématique et réflexion sur la société en divers domainne : Highlander de Russell Mulcahy.


 

Fantasy animalière


La fantasy animalière, comme son nom l'indique, a pour héros des animaux anthropomorphes. Ces animaux "savants" sont issus de différentes espèces, vivant en bonne harmonie ou s'affrontant. Il y a focalisation interne : on adopte le point de vue des animaux. Contrairement à la fable, ils ne sont pas - de manière évidente ou insistante quand c'est la cas - des parodies des hommes. Mais l'allégorie est souvent présente. Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame, Le Bois Duncton de W. Horwood , Rougemuraille de Brian Jacques (dont il a été tiré une série) , Watership Down de Richard Adams.

 

Réalisme magique


En réalisme magique, la magie est nettement plus subtile que dans les précédents cas de fantasy, l'auteur porte alors un regard émerveillé sur le monde qui l'entoure, univers où s'entremêlent, fusionnent monde réel et monde imaginaire. L'oeuvre, en réalisme magique, se concentre souvent moins sur un personnage en particulier que sur une contrée, un pays, qui, bien que parfaitement ancré dans la réalité - parfois la plus crue - voit le merveilleux opérer. Le réalisme magique est particulièrement présent dans les pays qui ont acquis leur indépendance au milieu du 20ème siècle, jusque-là sous la tutelle des puissances européennes (aussi bien dans le domaine politique qu'intellectuel) : Inde, Afrique noire... où modernité et tradition se mêlent. Le réalisme magique constitue ainsi souvent une littérature engagée, portant un regard critique sur la condition humaine et la société. Les enfants de Minuit de Salman Rushdie.

 

Les Héros en fantasy

Apparus assez récemment dans l'histoire et la montée en puissance de la littérature fantasy, les héros incarnent ici des personnes courageuses, porteuses de valeurs telles que le courage, l'espoir, l'abnégation. Souvent, le lecteur peut ou tente de se reconnaître dans ces personnages marquants.


 

 

 


Les romans de la liste non-exhaustive ci-dessous ont durablement marqué l'histoire de la fantasy, fondé des sous-genres ou contribué à faire découvrir la fantasy à un plus large public.

 
Conan le Barbare  (titre original Conan the Barbarian, 1932) de Robert E. Howard, J.-C. Lattès, 1980. Fondateur de l’heroic fantasy dans la littérature américaine.

 
Le Hobbit  (titre original The Hobbit. There and Back Again, 1937) de J. R. R. Tolkien, Stock, 1969. Fondateur de la fantasy dans la littérature britannique.

Un monde magique (titre original The Dying Earth, 1950) de Jack Vance, J'ai lu, 1978. Roman américain fondamental de la science fantasy.

Le Seigneur des anneaux  (titre original The Lord of the Rings, 1954) de J. R. R. Tolkien, Christian Bourgois, 1976. Une des œuvres de fantasy les plus vendues au monde (200 millions d’exemplaires).

L’Histoire sans fin  (titre original Die unendliche Geschichte, 1979) de Michael Ende, Stock, 1984. Roman fondateur de la fantasy allemande.

La Tour sombre  (titre original The Dark Tower, 1982) de Stephen King.

Disque-monde (titre original Discworld, 1983) de Terry Pratchett, L’Atalante, 1993. Cycle fondateur de la fantasy humoristique ou light fantasy.

Nicolas Eymerich l'inquisiteur  (titre original Nicolas Eymerich inquisitore, 1994) de Valerio Evangelisti, Rivages, 1998. Roman fondamental de la fantasy historique et de la fantasy italienne.

Le Trône de fer (titre original A Song of Ice and Fire, 1996) de George R. R. Martin.

Harry Potter  (titre original Harry Potter and the Philosopher's Stone, 1997) de J.K Rowling, Bloomsbury Publishing, Gallimard, 1998. Œuvre de fantasy la plus vendue au monde (450 millions d’exemplaires).

La Folie de Dieu  (titre original La locura de Dios, 1998) de Juan Miguel Aguilera, Au Diable Vauvert, 2004. Roman fondamental de la fantasy historique et de la fantasy espagnole.

Neverwhere de Neil Gaiman, J'ai lu, 1998. L'un des chefs-d'œuvre de la fantasy urbaine.
 


Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement