Dans la vallée de la Mort, en Californie, des pierres se déplacent... toutes seules. Sans intervention de l'homme ni de la faune. Le phénomène intrigue les géologues depuis les années 1950, certains ayant même entrepris de nommer les roches (la plus large, Karen, fait environ 320 kilogrammes). Une hypothèse a été formulée en 2006 par une équipe de la NASA : en hiver, une couche de glace se formerait autour des pierres, leur permettant de glisser sous l’action du vent.

 







 


 






C'est en Chine. Ces formations rocheuses de Zhangye Danxia dans la province chinoise de Gansu sont réputées pour leurs couleurs. Pendant 24 millions d’années, des couches sédimentaires de grès et d’autres minéraux se sont déposées entre les plaques tectoniques responsables de la formation de l’Himalaya. L’érosion a ensuite créé ce paysage accidenté et chamarré.








 

 





 

La photo a été prise en Antarctique par Claude Derdos dans le détroit de  Gerlache... une rencontre de près de 45 minutes !

L'Antarctique est le continent le plus froid, le plus sec et le plus venteux. C'est également le continent le plus élevé au-dessus du niveau de la mer. Puisqu'il n'y tombe que peu de précipitations, excepté sur les côtes,

 L'intérieur du continent constitue techniquement le plus grand désert du monde. Il n'y pas de population humaine permanente, et l'Antarctique n'a jamais connu de population indigène. Seuls des plantes et des animaux adaptés au froid y survivent, y compris des manchots, des phoques, des mousses, du lichen et de nombreux types d'algues.

Le nom Antarctique vient du grec νταρκτικς (antarktikós), qui signifie « opposé à l'Arctique ». Bien que des mythes et des spéculations concernant une  Terra Australis (« Terre Australe ») remontent à l'Antiquité, on considère en général que le continent a été aperçu pour la première fois en 1820 par l'expédition russe de Mikhaïl Lazarev et Fabian Gottlieb von Bellingshausen. 

 




 




Yes, c'est le Massif des Aurès en Algérie, photographe : Jean-Marc Durou. Les Aurès forment la partie Est de l'Atlas pré-saharien dont le point culminant est le mon Chélia à 2 328 m d'altitude.

C'est un massif offrant guère de passages nord/sud, mais partiellement traversé par une dépression synclinale nord-est/sud-ouest au fond de laquelle coule l'Oued Abiod.

Les gisements et ressources naturelles : ciment, sel, mercure, fer, zinc, cuivre, argent, or, plomb, antimoine, phosphates, pétrole, gaz, bois, etc.
 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement